Monsieur Christian DESSEAUX, accompagné de Mme DARDEL, de l’AFMD (Amis de la Fondation de la mémoire et de la Déportation) , a prononcé une Conférence sur la période de la Résistance qu’il a commencée à 14 ans.

Il a évoqué son arrestation, le convoi vers le camp de concentration et sa déportation à Buchenwald, au camp de Dora. Tenant en haleine son auditoire de jeunes élèves de 3ème et de personnels du collège Jules FERRY, Monsieur DESSEAUX a situé sa vie dans une perspective historique et géographique autour de Compiègne, lui qui est de Picardie, y rappelant l’arrestation de Jeanne d’Arc, la victoire de Rethondes lors de la Première Guerre mondiale et la Défaite de l’armée française signée par Hitler.

Avec simplicité et humour, M. DESSEAUX a restitué le souvenir de ses amis et le quotidien de l’époque, insistant sur l’importance de se penser vivant dans les camps et de ne pas oublier tous ces jeunes qui ont été internés et qui ont été tués arbitrairement.

Chaque élève a pu concrètement se représenter l’Occupation, avec des Nazis qui fréquentaient les bars, les restaurants, les hôtels alors que les Français connaissaient les restrictions. Les convois vers les camps de la mort, Monsieur DESSEAUX en a expliqué l’ignominie et les souffrances, ainsi que la difficulté de s’enfuir en faisant un trou.

Chacun a pu apprendre ainsi le courage qu’il a fallu pour endurer ces crimes contre l’humanité et l’importance des proches, des amis, de la famille pour le retour des rescapés. Le père de monsieur DESSEAUX, colonel dans l’armée, a pleuré pour la première fois devant son fils quand il est revenu chez lui, en le prenant dans ses bras.

Pendant longtemps M. DESSEAUX n’a pas pu parler des camps. Beaucoup de jeunes, de victimes innocentes ont été tués, restés vivants grâce à l’évocation de leur camarade, ces personnes vivent désormais dans nos mémoires.